Réaménagement des berges de Seine à Saint-Cloud, un projet d’un autre âge

Entre le pont de Saint-Cloud et le pont de Suresnes la voie qui longe la rive gauche de la Seine est fréquemment embouteillée. Le département a donc décidé de l’élargir mais son projet est totalement inadapté et catastrophique pour l’avenir des berges de Seine.

Ce projet à 100 millions d’euros, soutenu par le maire de Saint-Cloud Eric Berdoati, prévoit le passage à 4 voies sur ce tronçon avec :

  • l’abattage de plus de 400 arbres centenaires,
  • le remplacement des berges naturelles par un quai de béton,
  • la disparition de la biodiversité présente sur ces berges,
  • une piste cyclable côté bâti interrompue par un grand nombre d’intersections et inadaptée à un trafic dense et rapide de vélos,
  • le réaménagement en un vaste rond-point de la place Clémenceau, le carrefour en bas de Saint-Cloud en face du pont.

Ce projet a fait l’objet d’une enquête publique sur internet mise en place pendant les vacances scolaires.

Nous demandons la suspension de cette procédure et la mise en place d’une concertation publique donnant lieu à des réunions publiques dans les deux villes concernées dés que les conditions sanitaires le permettront.

Alors que l’on s’oriente nettement vers une réduction de la place de la voiture en ville, ce projet va au contraire intensifier la circulation sur cet axe en créant un appel d’air pour les voitures. Et ceci au prix d’un véritable saccage de ces berges, totalement anachronique à une époque où l’on comprend combien la nature en ville est essentielle pour améliorer la qualité de vie, réguler la température, préserver la biodiversité et recréer du lien social.

Pourtant des solutions sont possibles pour fluidifier le trafic automobile comme le maintien de deux voies et la création d’une voie centrale pour les voitures tournant à gauche.

De nombreux aménagements sont également nécessaires pour faciliter le transit rapide et sécurisé des vélos :

  • réalisation d’une piste cyclable côté Seine et de son prolongement en direction du pont de Sèvres,
  • aménagement d’un rond-point de type hollandais sur la place Clémenceau,
  • aménagement de pistes cyclables des deux côtés du pont de Saint-Cloud au lieu d’un seul côté comme c’est le cas actuellement.

En matière de mobilité il est urgent de changer de modèle pour faire plus de place aux mobilités douces tout en limitant la place de la voiture. L’exécutif départemental ne l’a pas compris, il est temps d’en changer !

Découvrir nos autres contributions

Les compétences du département

Les compétences du département

Avant la loi « NOTRe » de 2015, les départements avaient des « compétences générales » : ils pouvaient intervenir dans un grand nombre de domaines. La loi a drastiquement réduit ces compétences, les recentrant autour des missions de solidarité, d’éducation et de...

lire plus
Share This